• Fragile

    poète,javel,papillon,éole

     

    Sommes-nous parfois marionnettes de nos actes ?

    Décidés à émettre des paroles d'une autre pensée ?

    Peur de perdre l'autre, si ce n'est un autre pacte ?

    Nous sommes insectes affolés à la vitre, tout stressé !

     

    © Max-Louis MARCETTEAU 2013

     

  • Le poète

    large.jpg

     

    Le poète est papillon sur les épaules des mortels,

    Ses lignes chenilles bécotent les mots immortels,

    Lavande ou Javel, ils sont lus, puis s'envolent,

    Comme lui, en son nom l'éphémère s'appelle Éole !

     

    © Max-Louis MARCETTEAU 2013

     

  • Les amants

    Oeuvre_de_Gerard_DuBois.jpg

    Oeuvre de Gérard DuBois

     

    Les corps en pépites, les tentations en rubis,

    Chevauchent les lignes cabrées des appétits,

    Les amants à l'aubépine, affûtent leur chimie,

    De fusionner en lotus, l'un l'autre soumis !

     

    © Max-Louis MARCETTEAU 2013

     

  • Soleil comme copie

    Oeuvre de Violeta Radkova.jpg

    Oeuvre de Violeta Radkova

     

    Subir les ondes du Temps, à l'avarie possible,

    Tenir la tête hors de l'eau, regard sur la cible,

    Le dessin de l'espoir entre peau et âme à l'abri,

    Se lever chaque jour, le soleil comme copie !

     

    © Max-Louis MARCETTEAU 2013

     

  • En passant ...

     Oeuvre de Alexey Steele.jpg

    Oeuvre de Alexey Steele

     

    Épaisseur de l'attente imposée à l'admirateur,

    Sculpteur de son désir, il devient ce lutteur,

    Séducteur bâillonné, serviteur et adorateur,

    A l'enchantement du conte, il n'est que visiteur !

     

    © Max-Louis MARCETTEAU 2013

     

  • Encore un peu

     Oeuvre_de_Lucia_Coghetto.jpg

     

    Se saborder pour exister encore un peu,

    Se bâtir peut-être des douves par enjeu,

    S'écrire au métronome du temps à deux,

    Survivre sans prononcer le mot : adieu !

     

    © Max-Louis MARCETTEAU 2013

     

  • Silence mouillé

    Dessous_dessous.jpg

     

    Entre mes doigts, au dessous de mes dessous,

    Je caresse le silence, suspendu à la floraison,

    De ma corolle, il goûte mon volcan, ce bijou,

    Parois voluptueuses, juteuses, à mes remous !

     

    Il est ma respiration, j'ondule, je provoque,

    Le fondateur de mon désir, il est mon tison,

    Mon aurore qui me pointera aux mille estocs,

    De son ciel, je serai fontaine, jets électrochocs !

     

    © Max-Louis MARCETTEAU 2013

     

  • Nonne

    Bandeau_blanc.jpg

     

    Nervures de feuille, ombilics de vie chlorophylle,

    Orgasme sa toile au contact d'une sève juvénile,

    Naît à la couleur du peintre le veiné de son Nil,

    Navigue la prière à genoux sur l'eau évangile,

    En son berceau le Yin et Yang forme son argile !

     

    © Max-Louis MARCETTEAU 2013

  • Debout, encore.

    debout_encore.jpg

     

    Non, non, je ne vais pas m'enterrer vivante.

    La vie aussi hypocrite soit-elle, mon sang,

    Bourreau de mes jours, me tient à sa roue,

    Aux calvaires de chaque jour, je suis debout !

     

    © Max-Louis MARCETTEAU 2013

     

  • De ces Amours là ...

     Au_regard.jpg

     

     Belle à l'habit noir, aux yeux de myrtille,

    Tes amants, des maris, fragiles coquilles,

    D'un geste, d'un regard tu les émoustilles,

    Tu les ferres entre tes mots doux faucilles,

    Au pilori du mensonge, tu es soleil jonquille,

    Et d'un mouvement de cil tu deviens Bastille,

    Tu es de ces Amours là, à la langue en résille,

    Tu as pignon sur rue et tu danses ta quadrille !

     

    © Max-Louis MARCETTEAU 2013

     

  • Rose cendrée

    ombre_rose.jpg

     

      A l'ombre de la Lune est déposée une rose.

    Couleur d'hibernation, cendrée à la pause,

    Senteur de soufre, décolleté à la névrose,

    Pétales divins, elle attend sa métamorphose !

     

    © Max-Louis MARCETTEAU 2013

     

     

  • La cruauté

    cruauté,poignard,traque,craque

     

    La cruauté a plus d'un tour dans son sac :

    L'attente est son poignard pénétré à cœur,

    Lentement comme un automne, il traque,

    Craque, une à une vos fibres, en tueur !

     

    © Max-Louis MARCETTEAU 2013

     

  • Est-ce vous ?

    Est-ce vous.jpg

     

    Renaissance du geste, miroir de vos défauts,

    Reflets des désillusions, faux traits jumeaux,

    Les formes se rebiffent à l'adjectif du regard,

    Est-ce vous au génitif de votre âme au dard,

    Pinceau possédé, qui hante mes cauchemars ?

     

    © Max-Louis MARCETTEAU 2013

     

  • Hirondelle d'Elle

    Hirondelle_elle.jpg

     

    Hiver d'hier dessiné à l'encre de la défiance,

    Incise sa carapace, son silence, à l'espérance

    Retrouver, d'entrouvrir les volets de l'alliance,

    Outragée de l'amitié vraie, gibier de potence,

    Naguère à l'index, renaît un filet de confiance.

    Dévoiler sans être trahie, s'offrir nue à l'autel,

    Entière, de la parole sincère, de l'écrit mutuel,

    L'entre-aide sans orage, soutenue jusqu'à ciel,

    La part de l'autre sacré ne craindra pas le gel,

    En toute circonstance la vie aura un goût de miel !

     

    © Max-Louis MARCETTEAU 2013

     

     

  • De Lui à Elle

    Paino de vie.jpg

     

    Ce LUI à ce ELLE à qui le premier regard ?

    D'un ciel un volcan, d'une eau frisson en feu,

    D'une terre le printemps, un nouvel étendard,

    L'aura d'être aimé est en nous, à qui le veut !

     

    © Max-Louis MARCETTEAU 2013

     

  • Le passé intérieur

     Le passé intérieur.jpg

     

    Le passé renaît-il de ses cendres à la nuit ?

    Avancer sur des ruines d'hier et ainsi jaunir ?

    Aujourd'hui vêtu du passé, on respire sa suie,

    Demain n'est pas infirme, en nous il respire !

     

    © Max-Louis MARCETTEAU 2013

  • Ô bonheur

    Dessous_bonheur.jpg

     

    Le bonheur est orphelin comme la Lune,

    A vouloir décrocher à tout prix sa fortune,

    Il devient papillon insaisissable chaud désir,

    Et pourtant il suffit d'un rien pour le saisir !

     

    © Max-Louis MARCETTEAU 2013

     

  • A coeur

    Au_coeur_de_l_attente.jpg

     

    Exister en silence, aux barreaux quotidien,

    Enchaînée aux brisures des souvenirs en flot,

    Griffures gravées aux parois de tristes liens,

    Le cristal du cœur survit, sa braise en écho,

    Attend magicien pour l'enflammer à nouveau !

     

    © Max-Louis MARCETTEAU 2013

     

  • Exode

    Foret_rouge.jpg

     

    Dériver sur le fil du rasoir,

    Maigre bagage et s’asseoir,

    Bord de route, bord du vide,

    Larmes retenues, temps livide,

    Vouloir se relever, béquille en Foi,

    Ou l'espoir en bandoulière, au choix,

    La corde au cou, quelle importance,

    Même au prix d'une liberté en pitance !

     

    © Max-Louis MARCETTEAU 2013

     

  • Couronnement

    Corolle.jpg

    L'Amour en couronne mortuaire et les os trop secs,
    Les orbites en cœurs séchés, les souvenirs en becs
    De lièvre, dernier râle en vie ratée, mains en croix,
    La Mort édentée nous prie de la suivre de vive voix !

     

    © Max-Louis MARCETTEAU 2013