Résine de nuit

Notes_silences.jpg

Je résine mes mots, bois la sève d'un sein,
Les lignes moussent et trémoussent d'envie,
L'encre qui sèche telle une larme sans vie,
Frisson d'incertitude, séisme d'écume de fin,
Impasses tâchées d'une boue angoissée rubis,
L'habit de mes nuits est un carnaval païens,
Sang de réalité à l’œil entre deux points,
Dépossédé de principes le naufrage séduit !

© Max-Louis MARCETTEAU 2014

Commentaires

  • Je te retrouve ici. j'espère que tu vas bien. Ta plume, toujours aussi belle et les mots qui s’entremêlent...merci, C.

  • Ce ne sont que quelques mots d'une encre qui se tarit au fil du temps .... Merci à toi.

Les commentaires sont fermés.