F.O.L.I.E.

Axel_Fridell.jpg

Oeuvre_Axel_Fridell

 

 
Ferrée à la déraison, mijotée aux molécules,
 
 
Overdosée de la réalité déphasée inoculée,
 
 
Liée, entaillée, la chair dévoile son chant,
 
 
Imprime son supplice, possédé et râlant,
 
 
Enlise, étire ses fibres jusqu'au soleil levant !

 

©Max-Louis MARCETTEAU 2015/01

Commentaires

  • Ce texte est très court certes, mais j’ai eu des difficultés à saisir le sens de tes phrases.

  • Bon jour Pierre,

    La folie peut-elle être comprise ?

    Max-louis

Les commentaires sont fermés.